UA-64485316-2

Remboursements des dispositifs médicaux.

Fauteuils roulants, prothèses de hanches, lits médicalisés : une étude de l’Observatoire citoyen des restes à charge, s’est penchée sur les dispositifs médicaux, aussi variés que leur prix et leur niveau de remboursement par l’assurance maladie.

Ces produits et les prestations liés ont coûté 13 milliards d’euros en 2013, relève cette étude, communiquée le jeudi 20 novembre, par 60 millions de consommateurs, le collectif d’associations de patients CISS et Santéclair, filiale de complémentaires santé.

Sur ce total, un peu plus de 7 milliards d’euros sont restés à la charge des assurés, après remboursement de la Sécurité sociale et de leur éventuelle complémentaire santé.

Dénonçant des pratiques tarifaires « choquantes », l’Observatoire relève qu’en l’absence de prix limite de vente « le même produit peut être vendu quatre fois plus cher » selon les endroits.

Pire, les restes à charge varient en fonction de l’âge du patient ou du niveau de technicité de certains produits, qui augmentent avec le degré de handicap.

Associations et Sécurité sociale travaillent depuis plusieurs années sur la nomenclature des fauteuils roulants pour la renouveler.

Pour le moment, les divers accessoires qui servent à adapter le fauteuil au handicap et à la morphologie du patient (accoudoirs, dossiers modulables etc.) ne sont pas pris en compte par la Sécurité sociale.

Plus les fauteuils sont sophistiqués, moins bien ils sont remboursés. Pour un fauteuil électrique de 23.000 €, l’assuré doit en verser en moyenne 1.850 mais plus de 6.000 dans 10% des cas.

La gamme de produits a beaucoup évolué, ils sont plus légers, de plus en plus élaborés. Un fauteuil en alliage de 7 kg à 3.000 €, par exemple, sera moins bien remboursé (600 € environ) que le fauteuil de 14 Kg plébiscité par la Sécurité sociale.

La Montagne 21 11 14

Blog 123

Les commentaires sont fermés.