UA-64485316-2

18/03/2015

Accessibilité en Corrèze selon l’APF 19. Ordonnance de 2014

« On est encore loin du compte » pour l’accessibilité en Corrèze même si le département n’est pas le plus mauvais élève à l’échelle nationale, a déclaré Noël Vézine, Représentant départemental et régional de l’Association des Paralysés de France de la Corrèze (APF19).

 


 

La loi de février 2005 fixait le 1er janvier 2015 comme date butoir pour les travaux d’accessibilité. Devant le retard pris, le législateur a conçu l’Agenda d’accessibilité programmée (Ad’Ap), qui est un engagement des acteurs publics et privés pour la mise en œuvre des mesures d’accessibilité dans des délais resserrés. Les Ad’Ap sont donc des dispositifs d’exception, la loi reste la règle et les sanctions pénales toujours possibles. L’Agenda d’accessibilité programmée est un document de programmation pluriannuel, qui précise la nature des travaux et leur coût. Nous en avions déjà parlé plusieurs fois.

 

D’après l’APF, ce n’est pas l’ordonnance adoptée en septembre 2014 qui incite les responsables à l’optimisme : « Nous sommes en désaccord avec ce texte qui contient des exceptions si nombreuses qu’elles remettent en cause les principes initiaux de cette loi de 2005 pour l’égalité des droits et des chances » s’est indigné Noël Vézine.

 

Il ajoute : « Sur le département, malgré l’engagement fort de la Direction départementale des territoires et quelques exemples d’investissements marquants, aujourd’hui force est de constater que lorsqu’on aborde des questions qui concernent le handicap, il est très difficile de les faire traduire dans la réalité. Ce qui conduit à une situation très inégalitaire… Les petites communes sont exposées à des problèmes de budget. Il faudrait qu’elles soient aidées…cependant nous sommes encore confrontés à des élus, des commerçants, des responsables pour qui le handicap n’est pas une priorité, qui ne veulent procéder ni à des travaux, ni à un diagnostic de mise en accessibilité, pourtant gratuit. Si bien qu’aujourd’hui, la moitié des voiries et 30% seulement des établissements recevant du public sont accessibles». La Montagne 16 02 15.

 

L’APF nationale a étudié profondément les problèmes liés au handicap et à la loi de 2005 modifiée par l’ordonnance de septembre 2014. Il en ressort plusieurs points qui ne concernent pas que l’accessibilité. Pour rappel : à voir sur www.apf.asso.fr  ou www.reflexe-handicap.fr

blog 181

 

  20

 

Les commentaires sont fermés.